• avarice

    Je haussais les épaules et montai derrière elle sur le dos du cheval tandis que ma panthère courait à nos côté. Nous retournâmes sur notre lieu de capture et installâmes un petit campement afin de nous reposer, surtout moi, complètement vidée suite à ma démonstration. Mais le sommeil fut long à venir, du fait de ma panthère qui ne cessait de pousser des cris…. Qui ressemblaient à de la douleur. Je décidai de la prendre contre moi.

    Un museau me réveilla le lendemain. J’ouvris les yeux et regardai en direction de Lysie. Elle dormait encore, je jetai alors un œil sur ma panthère, qui n’avait pas la taille d’une panthère, bon sang, elle était immense ! Elle était désormais aussi grande qu’un cheval ! Je poussai un petit cris ! Je n’avais jamais entendu parler de ça, dans mon petit palais innocent. Lysie se réveilla avant de s’étendre comme un chat.

    -Tiens ta panthère a déjà grandi? Je la pensais plus jeune.

    -Quoi? Sa ne t’étonne pas de la voir aussi grande qu’un cheval alors qu’elle tenait dans mes bras encore hier?

    -Pourquoi sa m’étonnerais? Pourquoi dis t on une croissance de panthère à ton avis? Une fois qu’elle atteigne un âge adulte, elle devienne aussi grande qu’un poney. Mais je suis obligée d’avouer que la tienne est très très grande.

    Je les regardaient, toutes les deux, comme si elles n’étaient qu’une illusion qui se dissiperait. Je me giflai. Oui, c’était cela, j’allais me réveiller dans mon lit, tout cela n’est qu’un mauvais rêve… Mais la voix de Lysie m’arracha à mon idée farfelue.

    -Cela tombe bien qu’elle est grandie, elle va pouvoir te servir de monture.

    Et en effet, j’étais aussi haute que sur un cheval. Je vous dis, la classe !

    Et nous repartîmes pour moi au trot et pour elle au galop. Au bout de trois jours à ce régime, nous atteignîmes une ville, étonnament vide. En approchant de la place centrale, nous pûmes distinguer des clameurs. En nous approchant un peu plus, nous distinguâmes un échafaud.

    -Que se passe t il? Demanda Lysie autour d’elle.

    -Nous avons arrêter ces femmes que notre astronome accuse de sorcellerie. Un de nos village a complétement disparu après qu’elle se soit réunis. Les seules encore visible sont CES femmes. Leur meneuse sera brûlée vive ce soir. Les autres vont être décapitées dans…

    A ce moment, le couperet tomba et une tête s’effondra dans le panier.

    -… maintenant ! Et il se retourna pour voir les trois autres condamnées perdre la tête.

    Nous haussâmes toutes les deux les épaules avant de rejoindre la périphérie de la ville, en quête d’une auberge. Nous en trouvâmes une : Luxure. Je regardai Lysie et ouvrait la porte. Cette auberge portait bien son nom. Je m’apprêtait à ressortir, persuadée d’être dans une maison close quand une jeune fille aux cheveux châtain et à la peau tellement couverte de paillette qu’elle aurait pu servir de lanterne dans un cachot se presenta devant nous et me prit par le bras en lançant, assez fort pour couvrir l’orchestre :

    -Bienvenue à l’auberge, je suis une des serveuse, vous venez pour une chambre?

    -Oui, hurla Lysie.

    -Excusez le désordre, c’est la fin de semaine, tous les ouvriers se détendent avec les filles de joies. Elles connaissent le lieu et l’heure, aussi je vous présente mes excuses pour le raffut. Suivez moi, s’il vous plaît.

    Nous la suivîmes dans une arrière salle, où deux personnes s’embrassaient. Elle claqua la porte derrière nous et s’éclaircit la gorge :

    -Excusez moi de vous déranger, mais si le patron se ramène, vous risquez de vous faire descendre.

    La jeune fille se décolla de son compagnon et lança, agacée :

    -Sa te pose un problème que je fasse mon boulot?

    -Aucun, c’est le lieu qui me gène, tu empiètes sur mes plate-bandes.

    -Je n’en ai que…

    -Dehors, dit elle tranquillement en montra la sortie du doigt.

    Le compagnon de la jeune fille prit le bras de cette dernière et chuchota :

    -Ce n’est pas grave, sortons d’ici, je les sens pas les deux clientes.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :